La fête de la Maïo

 

A l’époque de la floraison des vignes, les Grecs honoraient la déesse Maïa, allégorie de la déesse nourricière et de la végétation. Chez les Romains, cette déesse terrestre était honorée au cours de fêtes exclusivement féminines.

Au moyen âge, les plus belles filles sont couronnées de fleurs, habillées de soie, assises sur des trônes élevés en guise de jeunes déesses posées dans des niches (Michel de Notre Dame). Elles restent sages et immobiles pendant que leurs compagnes quêtent quelques sous. Les petits sous serviront à l’élaboration d’un goûter.

Cette tradition restée vivace à Marseille, en a laissé des traces dans la toponymie de la ville dont un quartier porte encore le nom de la Belle de Mai dans le 3e arrondissement. Offrir le Mai aux filles, arbres de mai plantés sur les places, sont des réminiscences de la célébration de ce mythe.
Depuis 1984, l’Escolo d’Argenço a remis à l’honneur cette fête en choisissant parmi les fillettes d’une dizaine d’années, qui n’ont pas encore pris la coiffe de Mireille, celle qui représentera ses membres pendant un an.

Parents et adultes assistent à l’élection. Le groupe invite à la manifestation d’autres groupes dont la section enfantine est active. Le jour de la fête, la petite Maïo, vêtue de blanc attend chez elle la calèche qui viendra la chercher pour la conduire jusqu’aux Lices du village où elle est attendue par l’ensemble des groupes et par la population qui se fait un honneur d’être présente.

Lire la suite...

Au son des galoubets et des tambourins, la petite fille traverse une haie de cerceaux fleuris. Pétales de roses à profusion, chants et danses accompagnent son couronnement par la précédente Maïo. C’est un grand moment d’émotion pour toutes les deux…

En cortège à travers rues, petits et grands se dirigent alors vers la Mairie, où cette cérémonie revêt maintenant un caractère officiel par la présentation de la Maïo au Maire et à son Conseil Municipal.

La présence de la reine d’Arles ainsi que d’un représentant du Félibrige ajoute un éclat incontestable à cette manifestation. Et l’ensemble du village reconnaît une véritable identité à cette enfant. L’après midi, après le repas pris en commun, chants et danses au pré, véritable fête champêtre, clôturent une journée durant laquelle la petite enfance est mise à l’honneur.

Tout au long de l’année, la Maïo représentera le groupe et participera aux différentes manifestations et rendez vous auxquels celui-ci est convié.

Ce rassemblement enfantin prend chaque année plus d’ ampleur. Ainsi, en 2003, pas moins de cinq groupes extérieurs ont été réunis par l’ Escolo d’Argenço portant le nombre des participants costumés à près de deux cents personnes.

Fête de la Maïo à Fourques
Fête de la Maïo à Fourques dans le Gard